La PME marseillaise de conseil en digital et ingénierie souhaite devenir une référence en intelligence artificielle. Johan Guedj dans les locaux de la PME, avenue du Prado à Marseille, où sont basés les fonctions « support » de la société, mais aussi certains consultants.

Primée à plusieurs reprises pour son modèle innovant de management, la PME marseillaise Klanik, qui répond au besoin d’accompagnement d’une centaine de clients vers la digitalisation de leur activité, franchit un nouveau cap en renforçant son ancrage dans les territoires où elle compte déjà de nombreux collaborateurs. « Nous devons être au plus près de nos clients et de nos salariés », indique Johan Guedj, le fondateur et PDG de la société qui annonce le recrutement de 200 personnes dont 170 ingénieurs.

Depuis sa création en 2011 par ce Marseillais issu du géant du consulting Alten, Klanik poursuit son développement à partir d’une idée simple ; pour répondre efficacement à la demande des clients, il faut être en capacité de proposer les bons profils de collaborateurs, le plus souvent ingénieurs, et fidéliser ces derniers en favorisant leur « engagement » au sein de Klanik dont ils sont salariés en CDI. Johan Guedj avait ainsi mis en place « Act’in Klanik » qui consiste à impliquer les consultants volontaires dans un « rôle » à jouer, signe de leur engagement. Une quarantaine de fonctions sont ainsi proposées, comme par exemple participer au recrutement d’un nouveau collaborateur, ou animer un groupe d’ingénieurs en poste chez un client. « C’est une façon de créer un sentiment d’appartenance« , souligne le PDG qui doit aussi être attractif, sur un marché où les profils recherchés par de grands groupes comme CMA-CGM, Thales ou Areva ne sont pas si nombreux… lire la suite