Mes lectures récentes m’ont amené à lire une biographie de Darwin, non seulement père de la théorie de l’évolution mais aussi naturaliste, ainsi qu’un ouvrage écrit par la biologiste américaine Janine M. Benyus. Ces ouvrages m’ont conduit à m’intéresser à un sujet plutôt méconnu du grand public : « le biomimétisme ». Qu’est-ce que le biomimétisme ? En quoi cela peut-il nous être utile ? Des exemples concrets d’applications réelles au quotidien.

Biomimétisme : kézako ?

Pour ceux n’ayant fait ni grec ni latin, un peu d’étymologie : « Bio »  veut dire « vie » et « mimétisme » signifie « imitation ». Ce fameux biomimétisme est donc l’art de « copier le vivant ». Ici je vais parler de ce concept lorsqu’il s’applique principalement dans les domaines scientifique et technologique.

Les questions suivantes se posent : Pourquoi l’Homme voudrait-il copier le Vivant alors que ces 50 dernières années, nous avons connu des progrès exceptionnels en tous points (médecine, transport, électronique etc.) ? Pourquoi l’Homme reviendrait-il aux bases et copierait-il la Nature alors qu’il s’en est de plus en plus éloigné ?

Les origines du Biomimétisme

Depuis des millénaires, l’Homme a appris en imitant. Cela fait partie de son ADN et c’est ainsi que les civilisations se construisent. Mais ce terme particulier, « biomimétisme », est assez récent : il aurait été utilisé pour la première fois par Otto Schmitt (inventeur, biologiste et ingénieur du XXème siècle) puis ensuite repris et vulgarisé par Janine Benyus dans son livre publié en 1997 « Biomimicry: Innovation Inspired by Nature », livre dont je vous conseille ardemment la lecture, même sans background sur les sciences de la vie, car il y a des exemples d’applications et de solutions très concrètes à des problèmes que la planète connaît actuellement. Certains de ces exemples seront développés par la suite dans les prochains articles, si ce thème suscite l’enthousiasme !

Les principes

Ce concept de biomimétisme est régi par la Nature et, comme nous le verrons, suit les « lois » suivantes :

« 1. La Nature fonctionne à l’énergie solaire
2. La Nature n’utilise que l’énergie dont elle a besoin
3. La Nature adapte la forme à la fonction
4. La Nature recycle tout
5. La Nature récompense la coopération
6. La Nature parie sur la diversité
7. La Nature valorise l’expertise locale
8. La Nature limite les excès de l’intérieur
9. La Nature transforme les limites en opportunités »[1]

Pourquoi aujourd’hui ?

Parmi toutes les réponses possibles à cette première question, l’une serait que nous arrivons à une période où la technologie nécessite de plus en plus d’investissements pour évoluer. Si on analyse la loi de Moore[2] qui semble depuis plusieurs années ne plus s’appliquer sur le nombre de transistors de nos processeurs, une stagnation semble apparaître, ne respectant plus ses prédictions.  On peut faire un parallèle avec bien d’autres avancées technologiques qui commencent à stagner.
Cela impliquerait qu’il faudrait trouver de nouvelles méthodes pour continuer à progresser scientifiquement et technologiquement. Le biomimétisme pourrait être un moyen d’arriver à cette fin.

Une autre réponse possible serait le fait que le monde occidental, depuis la révolution industrielle, commence à se rendre compte de son impact global sur notre chère planète bleue. Les scientifiques dont les biologistes, naturalistes etc. ne cessent depuis quelques décennies de nous mettre en garde afin ne pas dépasser un point de non-retour. Et leurs alertes, qui pourtant ne sont pas fréquemment relayées dans nos médias habituels, commencent à avoir une légère incidence sur nos vies. On peut voir au quotidien les mentalités évoluer : de plus en plus de personnes se rendent compte de la nocivité du sédentarisme, de la junk-food, des OGMs et commencent à consommer différemment et plus judicieusement.

Bien évidemment, ce ne sont pas les seules réponses possibles et il peut y en avoir d’autres qui s’appuient sur la seule motivation économique.

 

Prochaine étape…

Pour vous tenir en haleine, je pense essayer de rédiger plusieurs petits articles sur des applications concrètes de biomimétisme en prenant pour thème central de chaque article un des éléments naturels qu’Aristote considérait à l’origine de tout objet matériel : eau, terre, feu et air.

 

Arthur CG

 

Références

Benyus, J. M. (1997). Biomimicry: Innovation Inspired by Nature. Perennial.

Benyus, J. M. (2011). Biomimétisme : Quand la nature inspire des innovations durables. Rue de l’échiquier.

Community. (s.d.). Janine M. Benyus. Récupéré sur Wikipedia: https://fr.wikipedia.org/wiki/Janine_Benyus

Moore, G. E. (1975). Progress In Digital Integrated Electronics. Intel Corporation.

 

[1] Principes extrait de Benyus, J. M. (2011). Biomimétisme : Quand la nature inspire des innovations durables. Ed. Rue de l’échiquier.

[2] Pour rappel, la loi de Moore est une loi empirique qui en 1965, constatait que tous les ans la complexité des semi-conducteurs doublait. Puis en 1975, il réévalua sa prévision, en proposant que seulement tous les deux ans le nombre de transistors dans nos processeurs doublait. C’est cette dernière qui est communément adaptée à tous phénomènes doublant tous les 18 mois / 24 mois.